Pascale KARILA-COHEN -  Fondatrice de la plateforme de remplacement Docndoc

Rencontre avec Pascale KARILA-COHEN

Pascale Karila-Cohen -  Fondatrice de la plateforme de remplacement Docndoc

Docndoc est une plateforme permettant la mise en relation de professionnels de la santé dans le cadre du remplacement en France.
Pascale Karila-Cohen est à l’origine de ce brillant projet et répond à une demande bien présente dans le domaine de la santé.
En plus de l’adéquation de ses services, Docndoc a su mettre à disposition sa disponibilité lors de la situation de crise sanitaire.
L’utilité des services proposés ne s’arrête pas là!
Nous vous laissons le découvrir dans cet échange que nous avons eu avec une fondatrice aussi impliquée que déterminée à intégrer la bienveillance en E-santé.

Parlez-nous de la genèse du projet Docndoc ?

Alors radiologue salariée dans une mutuelle, un licenciement économique me destine à exercer en remplacement médical. Durant 3 années, cela me permet de constater la mauvaise harmonisation de cette activité en province. Aux vues du manque de correspondants dans ces secteurs, je décide alors, en 2014, de créer ma propre plateforme professionnelle dédiée à ce type de service.  

Dans un premier temps, j’ai débuté avec des confrères radiologues, en développant au fur et à mesure le concept à tous les médecins.

Depuis cette année (courant mai), la plateforme Docndoc s’étend aux pharmaciens, kinésithérapeutes, dentistes, sages-femmes…. De mon côté, j’ai conservé mon activité de radiologue hospitalière. Ce fonctionnement est rendu possible grâce à l’équipe extraordinaire qui m’entoure (au nombre de 4) ainsi que cette forte capacité de travail qui m’anime.

Comment fonctionne la plateforme ?

Docndoc équivaut à un site de rencontre professionnel, dédié au remplacement entre professionnels de santé.

Sa fonctionnalité de mise en relation est la suivante :

  • Le médecin indique son besoin de trouver un remplaçant.
  • En fonction des dates de sa recherche et de sa localisation, la plateforme lui permet de visualiser des profils de remplaçants disponibles.
  • Puis une liste de candidats disponibles selon ses dates lui est envoyée.
  • Nous lui facturons les coordonnées des remplaçants afin de les contacter.

Retrouvez la vidéo explicative de Pascale Karila-Cohen 👇👇

Depuis sa création en 2014, quel constat faites-vous sur l’évolution du remplacement ?

En suivant l’évolution du numérique…

Les 2 premières années ont été compliquées car le recrutement par internet était une notion peu appréhendée, impliquant par conséquent un manque confiance des utilisateurs. 

Puis se sont créées de nouvelles plateformes type Airbnb, Blablacar…
Celles-ci ont encouragé le changement de comportement, ce qui nous a permis de débuter la commercialisation de Docndoc en 2017.
En effet, une relation de confiance s’est créée, permettant de faire rentrer dans les mœurs ce type de fonctionnement.

Les médecins étaient habitués à intégrer des annonces dans les magazines spécialisés et nous n’étions pas un site de petites annonces, Au départ la plateforme Docndoc a intrigué, cependant les médecins se projetaient peu. Car Il est aussi difficile de laisser sa patientèle à un inconnu rencontré sur internet. 

Pascale KARILA-COHEN -  Fondatrice de la plateforme de remplacement Docndoc

Aujourd’hui, l’utilisateur fait plus amplement confiance sur internet. Celle-ci est renforcée par le lien que nous créons avec les utilisateurs mais aussi par la proximité que l’on instaure au quotidien avec eux. 

Notre plateforme est ultra fonctionnelle et active du fait de l’optimisation de la relation avec les utilisateurs de manière collaborative et associative.

Une évolution des générations…

Entre 2014 et 2020, force est de constater que les médecins de campagne ne font plus rêver la jeune génération et le rapport quantité/qualité de travail évolue.

De fait, ils ont tendance à rechercher un équilibre entre leur vie professionnelle et personnelle.  

Alors qu’être médecin était un sacerdoce, aujourd’hui, chacun s’organise pour avoir ses weekends. Tous ses facteurs sont donc à prendre en considération dans le cadre du remplacement médical.

Comment percevez-vous l’évolution future  de la santé dans le contexte de son intégration numérique?

Il réside une ambivalence complète entre la e-santé et le patient pour 2 raisons distinctes :

– La e-santé permet au médecin de se libérer du temps, à l’exemple de supports tels que Doctolib, logiciels de gestion d’agenda, automatisation des comptes rendus… En contrepartie, elle oblige le patient à se prendre en charge tout seul : le patient devient le sachant, il s’autonomise beaucoup. 

La relation entre patient et médecin s’en voit modifiée. Le curseur se déplace et les relations sont changeantes, du fait de l’évolution de la e-santé. 

Selon moi, à l’avenir il va falloir rendre plus humain la e-santé. Ceci en transformant le « partenariat numérique » en tant qu’outil du médecin à destination du patient.

Ainsi, la téléconsultation et les objets connectés sont des exemples à prendre en compte pour les patients car très utiles. La prise du taux de glycémie ou de la tension sans prise de rendez-vous avec transmission de résultats sont des exemples d’outils connectés pratiques.  

– De même qu’il est bien que le patient s’intéresse à la connaissance des maladies sur internet. Cependant il peut être difficile de faire la part du vrai et du faux avec les forums, les fake news des réseaux sociaux…

Ce pourquoi le médecin doit redevenir le sachant en recadrant les choses. Il y a en effet une importance dans l’apport d’explication au patient qui s’est déjà renseigné numériquement. De cette façon, cela repositionne le médecin en tant qu’expert. 

Le défi de la e-santé est de redéfinir un lien nouveau entre médecin et patient, au lieu de les séparer.

Quels effets positifs et/ou négatifs ont eu la crise sanitaire sur la plateforme Docndoc ?

Covid 19 et Docndoc

Le point le plus difficile est la décélération du chiffre d’affaires en raison de la gratuité des échanges entre médecins. L’objectif était ici d’aider les hôpitaux à avoir des renforts de professionnels de santé.

Du fait du confinement des patients, les médecins de ville ne pouvaient pas travailler. En ce sens, nous les avons aidés à se rapprocher de la téléconsultation ou bien en leur proposant de prêter main forte aux hôpitaux.

Avez-vous mené des actions particulières dans ce contexte singulier ?

Nous avons tout d’abord mené cette action de mise à disposition des praticiens.

Pauline DELESTRE qui est chargée de communication et Community Manager a créé une page dédiée aux propositions des entreprises et des individus pour venir en aide aux soignants : distribution de repas, gratuité des transports, repas, hébergement… 

Un lien exclusivement réservé aux professionnels de santé a également été mis en place. Il répertorie toutes les directives de la Direction Régionale de la Santé : mesures nationales, formations, informations diverses…

Une formation a été mise en ligne pour tous les médecins sur le thème de l’utilisation d’un respirateur dans le cadre du COVID-19.  

Formations Docndoc

De façon générale, se sentir utile a permis une revalorisation du travail des professionnels de santé. Beaucoup avaient perdu foi quant aux valeurs profondes de leur métier.

Moi-même je peux remercier mon équipe pour leur disponibilité lors de cette situation si particulière ! Pour tous, cela n’a pas été un confinement moribond !

Qu’est ce que la formule Docnbox?

Le principe est de trouver une motivation suffisamment intéressante pour faire se mobiliser des remplaçants dans des déserts médicaux. L’objectif de la Docnbox est de faire découvrir la région aux médecins remplaçants, et leur montrer tout ce qu’on peut y faire, en proposant un large panel d’activités.

Docnboc de Docndoc

Ce n’est pas parce que l’on franchit une zone urbaine que l’extérieur n’est pas intéressante, bien au contraire !

La Docnbox permet au remplaçant de se centrer sur un projet médical, en mettant en exergue la qualité de vie par les loisirs et activités culturelles riches et variées à disposition. Ainsi, toutes ces activités sont accessibles sans liste d’attente. 

Vous proposez également des formations médicales, avez-vous d’autres projets en préparation ?

Nous proposions des formations en présentiel mais cela n’est plus à l’ordre du jour. En revanche nous allons plus nous polariser sur les problématiques de handicap liées au port du masque. Cela notamment en ce qui concerne la communication entre le médecin et les malentendants qui ne peuvent plus lire sur les lèvres dû au masque.

Pauline crée un projet très intéressant sur la mise en place d’informations bilatérales pour la prise en charge par les médecins de cette patientèle pendant ses temps compliqués.

TDF Tour de France Docndoc Remplacement Nomade

Nous avons également le projet Tour de France. Le but est de proposer des parcours de remplacement aux médecins avec une liste d’activités à faire en région, et ainsi étendre la Docnbox sur toute la France. Cette fonctionnalité est accessible l’été, notre objectif et de la généraliser sur l’année. (Lien onglet tour de France)

Enfin, nous envisageons de décliner ce type de formules aux autres professionnels de santé inscrits sur le site.

Quel lien faites-vous entre la plateforme Docndoc et Prolib Formation ?

L’idée de proposer des formations en y associant l’idée de repos ludique rentre dans le même esprit que la vision de notre société. L’idée de la Docnbox est assez proche du concept Prolib Formation avec un côté apprentissage et un côté ludique et découverte. 

Si l’on prend le modèle de la conférence dentaire de La Clusaz, les médecins pourraient tout à fait faire un remplacement en incluant une formation ainsi que la découverte du lieu où ils se trouvent.

Votre mot de la fin?

Manger bouger c'est la santé Docndoc

Manger bouger, c’est la santé !  C’est un parallèle qui se marie bien avec le remplacement : remplacer, bouger c’est la santé !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :